Se laisser réconcilier

Se laisser réconcilier… !
L’actualité du moment ne nous parle plus que de virus, de quarantaine, de masques, et de confinement. Loin de moi l’idée de prendre de haut les questions sanitaires, nous vivons tous dans le même monde. Simplement l’image m’interroge. Jusqu’où allons nous aller pour nous protéger les uns des autres ? Et que deviendra notre vie si nous l’enfermons définitivement dans un carcan, certes aseptisé, mais coupé du monde ?
Ces derniers jours, et dans ce contexte particulier, une phrase de l’évangile de Marc est revenu avec un peu d’insistance à mon esprit : « Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. Marc (7, 15). Quelle surprise ! Pour autant je ne suis pas sûr que les affirmations évangéliques feraient autorité à la faculté de médecine, et sur le plan de la santé du corps mieux vaut lui faire confiance.
Pour ce qui est du domaine spirituel c’est autre chose. Nous savons bien que le combat de la Vie se joue surtout en nous, que c’est en nous que naissent les tentations qui nous détournent des autres, qui nous détournent de Dieu. C’est quand nous feignons de l’ignorer que les choses vraiment se compliquent.
Le carême peut être ce temps de réparation intérieure qui m’est donné. La prière de l’Eglise m’y encourage. A moi de risquer un pas, d’ouvrir ma porte à ce désir profond d’être davantage avec notre Dieu en prenant avec son aide quelques résolutions concrètes, en m’approchant du sacrement de la réconciliation, en participant plus intensément à l’eucharistie. Quoi qu’il en soit, le Seigneur demeure présent à ma vie et compte sur moi.
Mathias